François Bourassa - Président de la Fédération de l’UPA-Estrie
François Bourassa
Président de la Fédération de l’UPA-Estrie

Éditorial paru dans le bulletin Solidarité agricole d'avril 2017

Ayant assisté à la plupart des assemblées des spécialités cette année, je constate que les défis à relever se ressemblent. Obtenir un prix couvrant les coûts de production est un sujet récurrent. Les nombreuses règles à respecter et la tonne de paperasse à gérer en irritent plusieurs et rendent le métier moins intéressant.

La situation ne s’améliorera probablement pas. Les exigences environnementales et le bien-être animal préoccupent le consommateur. Ce même consommateur veut un produit parfait, sans que son producteur n’intervienne sur la nature laquelle, par définition, est imparfaite.

Plusieurs lois sont sur le point d’être adoptées notamment sur l’utilisation et la réduction des pesticides ainsi que sur la protection des milieux humides. L’UPA présente des mémoires à chaque occasion et fait des représentations pour améliorer l’application des règlements, mais on ne pourra éviter une augmentation des contraintes.

Le projet de loi 122 qui veut reconnaître les municipalités comme des gouvernements de proximité donnera plus de pouvoirs aux municipalités. Assumer plus de responsabilités sans disposer de plus de de ressources, fera en sorte que des compétences ne seront pas toujours au rendez-vous.

Pour les producteurs agricoles et forestiers du Québec, la forme actuelle du projet de loi 122 court-circuite la Commission de protection du territoire agricole (CPTAQ) et affaiblit la Loi sur la protection du territoire et des activités agricoles (LPTAA); ce qui n’est pas souhaitable.

Dans son mémoire présenté en commission parlementaire, l’Union formule des recommandations qui permettent à la fois de favoriser la gouvernance de proximité tout en renforçant la protection du territoire et des activités agricoles. Le communiqué et le mémoire sont disponibles sur le site de l’Union à : www.upa.qc.ca/fr/communiques.

Votre rapport de force

La bataille contre la réforme de la taxation foncière agricole a connu un dénouement heureux et rapide à la suite du départ de Pierre Paradis. L’arrivée de Laurent Lessard comme ministre de l’Agriculture facilite les discussions.

Merci aux productrices et producteurs pour leur appui à la mise en place des moyens de pression. Lorsqu’il s’agit de défendre la gestion de l’offre, la mise en marché collective ou la reconnaissance de nos droits, votre appui améliore le rapport de force de vos dirigeants dans la négociation. N’hésitez pas à vous impliquer à tous les niveaux. Même un petit courriel ou un appel suffisent parfois à donner un coup de pouce à vos représentants.

François Bourassa
Producteur laitier et acéricole de Valcourt
Président de la Fédération de l’UPA-Estrie