Sherbrooke, 16 octobre 2018 – Selon les experts, la moitié des producteurs agricoles vivent un fort niveau de détresse psychologique, contre 1 citoyen sur 5 dans la population québécoise en général. Devant cette situation alarmante, l’UPA‑Estrie, en collaboration avec différents partenaires, a décidé d’enrichir le paysage agricole de la région par l’embauche d’une travailleuse de rang.

La travailleuse de rang, nouvellement en poste, sera présentée le 25 octobre prochain dans le cadre d’un événement-bénéfice visant à compléter le financement de ce service devenu indispensable. Compte tenu du contexte économique actuel, il y a fort à parier que l’intervenante ne chômera pas.

« Les pertes de marché pour les producteurs de lait, d’œufs ou de volailles dues au nouvel AEUMC ou à la guerre commerciale qui sévit dans la production de grains et de porcs n’aident pas à stabiliser le moral des producteurs », selon Lynne Martel-Bégin, vice-présidente de l’UPA-Estrie.

Les agriculteurs n’ont pas tendance à aller chercher de l’aide psychologique lorsqu’ils en ont besoin, que ce soit en raison des difficultés à quitter la ferme, par peur d’être incompris ou par peur de se faire étiqueter avec un diagnostic nuisible à leur futur.

« Pas facile de rentrer chez soi le soir et de ne pas penser aux problèmes du travail quand tu demeures dans le même environnement 24h/24 » d’ajouter Lynne Martel-Bégin aussi productrice forestière et de bovins laitiers.

Des travailleurs de rang sont maintenant en place dans six régions du Québec. Ceci tend à démontrer que le besoin est bien réel pour ce genre de service en milieu rural. Le milieu s’est organisé sans appui financier du gouvernement de qui relèvent pourtant les services sociaux.

D’ailleurs, pendant la campagne électorale, tous les candidats rencontrés se sont montrés ouverts à faciliter la prise en charge budgétaire de cette nouvelle ressource par le gouvernement. Quelques nouveaux élus ont même acheté leurs billets pour la soirée-bénéfice Bières et fromages organisée par la Ville de Sherbrooke et l’UPA-Estrie qui aura lieu au Centre de foires de Sherbrooke le 25 octobre. Les billets sont toujours en vente sur lepointdevente.com au coût de 85 $.

Les partenaires :

Merci aux partenaires financiers qui ont bien saisi l’importance du projet : Les MRC de Coaticook, du Haut-St-François, de Memphrémagog, des Sources, du Val-St-François, du Granit et la Ville de Sherbrooke, l’UPA‑Estrie, ses sept syndicats locaux affiliés, le Syndicat des Producteurs forestiers du Sud du Québec, la Laiterie Coaticook, le Groupe Vivaco, Financement Agricole Canada, Kruger inc. et les Producteurs de lait du Québec (Fromages d’ici).

La travailleuse de rang qui relèvera de l’organisme Au cœur des familles agricoles (ACFA) agira comme intervenante psychosociale en milieu agricole. Elle facilitera la prise de conscience et l’identification des problématiques vécues par les agriculteurs et leurs familles. Elle contribuera ainsi à réduire les risques d’apparition de problèmes tels que l’isolement, la dépression, la toxicomanie et la violence. Elle pourra également apporter un soutien particulier lors des étapes charnières de l’entrepreneuriat agricole, comme le démarrage, les grands changements vécus dans l’entreprise, la réflexion menant à un transfert de ferme ou la fin de carrière de producteur agricole.

Lorsque des problèmes personnels sont repérés, le rôle d’un travailleur de rang est d’aider le producteur à trouver les ressources dont il a besoin, que ce soit dans le réseau communautaire, dans le réseau public de la santé ou encore auprès de services privés.

Les médias sont invités à faire connaître la travailleuse de rang et ses services à la population. Des entrevues et la prise d’images seront possibles lors de la soirée.

— 30 —

Source et information :
Valéry Martin
Conseillère aux communications
Fédération de l'UPA-Estrie
819 346-8905, poste 143