François Bourassa - Président de la Fédération de l’UPA-Estrie
François Bourassa
Président de la Fédération de l’UPA-Estrie

Éditorial paru dans le bulletin Solidarité agricole de décembre 2018

À l’écriture de ces lignes, je reviens du congrès de l’UPA à Québec. Le ministre fédéral de l’Agriculture brillait par son absence, probablement sa seule façon de briller par les temps qui courent.

C’est le secrétaire parlementaire à l’Agriculture Jean-Claude Poissant qui a dû livrer le message. Il était visiblement mal à l’aise de défendre l’indéfendable devant ses confrères producteurs. Il n’a d’ailleurs pas été très convaincant. AUCUN secteur économique n’a obtenu de gain dans l’AEUMC.

L’UPA et les fédérations spécialisées mettent beaucoup d’efforts maintenant afin d’assurer que toutes les pertes soient compensées; tant les pertes de revenus que les pertes de parts de marché dans toutes les productions sous gestion de l’offre ainsi que pour les producteurs de lait de brebis, de chèvres et de bufflonnes.

Des montants et des procédures simples doivent être négociés avec les représentants des producteurs et à leur satisfaction afin que les sommes requises soient confirmées et garanties dans le prochain budget pour éviter d’avoir à renégocier avec un nouveau gouvernement.

Que pouvez-vous faire pour exercer de la pression?

Rappelez à vos députés libéraux fédéraux qui risquent d’être très visibles sur le terrain dans les prochains mois que les décisions de leur gouvernement peuvent réalistement influencer le renouvellement de leur mandat… ou pas.

Vous pourriez aussi leur demander de voter contre cet accord en tant que député d’une région rurale. En Ontario, une jeune députée franco-ontarienne a récemment donné une bonne leçon de courage à tous les politiciens en décidant de siéger comme indépendante à la suite de la décision anti francophone de son propre gouvernement.

Les députés ont un devoir moral de se tenir debout lorsque les décisions de leur parti ne respectent pas les citoyens qu’ils représentent.

Lorsqu’un gouvernement appuie par des allégements ou des investissements l’aéronautique ou le secteur de l’automobile sous prétexte de sauver des milliers d’emplois qui peuvent tout de même déménager n’importe quand, ça écœure. Rappelez à vos députés que l’agriculture et toute l’industrie qui en dépend représentent le premier secteur économique de milliers de villes et de municipalités au Canada.

En terminant, je profite de ce moment pour remercier toutes les familles de producteurs ayant fièrement participé à la grande marche Garde-manger en danger le 18 novembre dernier. Vous êtes beaux à voir quand vous vous mobilisez.

À toutes et à tous, j’espère que vous profitez d’un joyeux temps des fêtes. N’oubliez pas de consommer local et d’encouragez votre entourage à en faire autant.

François Bourassa
Producteur laitier et acéricole de Valcourt
Président de la Fédération de l’UPA-Estrie