Sherbrooke, 10 septembre 2021 – Les membres du conseil exécutif de la Fédération de l’UPA-Estrie ont rencontré aujourd’hui des candidats des cinq principaux partis fédéraux en lice. Les formations politiques ont eu l’occasion de présenter leurs idées dans les domaines agricoles et forestiers et d’entendre les demandes des producteurs et des productrices.

La rencontre d’une heure par parti avait lieu en format virtuel, loin des caméras, afin de favoriser la conversation constructive. L’idée est de prendre le temps d’expliquer les enjeux aux gens qui, même si non élus, peuvent continuer à influencer leur parti ou d’autres lieux de décision de notre société. Le bon vieux réseautage quoi!

L’autonomie alimentaire, ça se cultive ensemble

La crise sanitaire a mis en lumière plusieurs questions sur nos priorités et nos valeurs sociétales. Elle a notamment accentué l’engouement des Canadiennes et des Canadiens pour les produits de chez nous. Le gouvernement canadien doit donner suite à cette volonté populaire et permettre à notre agriculture et à notre foresterie d’atteindre leur plein potentiel. Il est donc essentiel de favoriser leur compétitivité par :

  • un soutien gouvernemental indéfectible, comparable à nos voisins du sud, à l’Europe et aux autres pays de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE);
  • des programmes de gestion des risques financés adéquatement et adaptés aux réalités des entreprises du secteur;
  • des investissements publics significatifs en agroenvironnement, plus précisément en matière de rétribution pour les biens et services écologiques fournis par les producteurs, de recherche et d’innovation, d’adaptation des entreprises et de développement de la production biologique;
  • des politiques et des initiatives visant à répondre efficacement aux enjeux de main-d’œuvre;
  • un appui soutenu et concret aux secteurs de production directement ou indirectement touchés par les conflits commerciaux, le respect des normes canadiennes pour les produits alimentaires importés et l’exclusion de toutes concessions additionnelles dans les secteurs sous gestion de l’offre;
  • un environnement fiscal et réglementaire qui favorise la croissance.

Les demandes détaillées de l’UPA peuvent être consultées ici.

Enjeux régionaux de nature fédérale

En plus des discussions portant sur les enjeux globaux ci-haut mentionnés, une attention plus régionale fut portée aux négociations en cours pour les propriétaires touchés par le passage de la voie de contournement ferroviaire de Lac-Mégantic et des enjeux de connectivités internet et de couverture cellulaire en milieu rural.

Ce qui a retenu notre attention

Travailleurs étrangers temporaires. Tous les candidats rencontrés de chacun des partis s’entendent pour dire qu’il faut simplifier les procédures tant pour les employeurs que pour les travailleurs. La différence est dans les moyens proposés.

Tous semblaient démontrer un intérêt pour le programme Agri-vert proposé par l’UPA. Nous avons senti un intérêt à poursuivre cette discussion avec l’Union après les élections.

L’amélioration de l’accès à internet haute vitesse en milieu rural a aussi fait consensus. L’appui aux efforts du gouvernement du Québec semble solide afin que les travaux soient achevés tel que promis en septembre 2022; pour le résidentiel du moins. Il faudra toutefois revenir à la charge au sujet de la couverture cellulaire qui elle, est de compétence fédérale et ne sera pas améliorée avant 2025 pour les plus optimistes.

Protection de la gestion de l’offre dans le lait, la volaille et les œufs. Tous promettent de la protéger, mais nous n’avons pas confiance en ces promesses tant qu’un projet de loi comme C-216, tombé au feuilleton, ne se sera pas entériné par la sanction royale.

Les candidats et les candidates présents (en ordre chronologique des rencontres) :

Parti libéral du Canada :

  • Marie-Claude Bibeau (Compton-Stanstead)
  • Pascale St-Onge (Brome-Missisquoi)
  • Adam Lukofsky (Mégantic-L’Érable)
  • Philippe-Alexandre Langlois (Beauce)
  • Alexandre Desmarais (Richmond-Arthabaska)

Parti conservateur du Canada :

  • Luc Berthold (Mégantic—L’Érable)
  • Céline Lalancette (Shefford)
  • Vincent Duhamel (Brome-Missisquoi)
  • Pierre Tremblay (Compton-Stanstead)

Nouveau parti démocratique :

  • Patrick Jasmin (Shefford)
  • Marika Lalime (Sherbrooke)

Bloc québécois :

  • Andréanne Larouche (Shefford)
  • Ensaf Haidar (Sherbrooke)
  • Natalie Bresse (Compton-Stanstead)
  • Diego Scalzo (Richmond-Arthabaska)
  • Éric Labonté (Mégantic-L’érable)

Parti vert du Canada

  • Michelle Corcos (Brome-Missisquoi)
  • Émilie Hamel (Mégantic-l’Érable)

L’UPA n’a pas l’intention de lancer de mot d’ordre envers un parti plus qu’un autre. Les producteurs et les productrices agricoles sont toutefois invités à bien s’informer via la page réservée à cette campagne fédérale sur : www.upa.qc.ca/fr/campagne-electorale-federale-2021. Voter est un privilège des citoyens et des citoyennes vivant dans un pays démocratique. Tâchons d’en faire bon usage.

À propos de la Fédération de l’UPA-Estrie

La Fédération de l’UPA-Estrie regroupe et représente les 4 757 producteurs agricoles propriétaires des 2 697 fermes sur le territoire des sept MRC de l’Estrie. La Fédération de l’UPA-Estrie contribue à l’amélioration continue et durable de la qualité de vie de tous les producteurs agricoles et forestiers de l’Estrie, en agissant afin de promouvoir, défendre et développer leurs intérêts professionnels, économiques et sociaux. L’UPA est une organisation syndicale professionnelle, qui fonde sa raison d’être et son action sur les valeurs de respect de la personne, de solidarité, d’action collective, de justice sociale, d’équité et de démocratie.

— 30 —

Source et information :
Valéry Martin
Conseillère aux communications
Fédération de l'UPA-Estrie
819 346-8905, poste 143