Sherbrooke, 20 octobre 2020 – Près de 100 producteurs agricoles sont réunis en assemblée générale de la Fédération de l’UPA-Estrie via webconférence aujourd’hui sur le thème : Nourrir notre monde, plus que jamais.

La pandémie COVID-19 a chambardé nos vies et bien sûr, le secteur agricole n’a pas été épargné. Perturbations des marchés, arrêt de travail dans les abattoirs, retard ou absence des travailleurs étrangers temporaires attendus et perte de récoltes, et comme si ce n’était pas suffisant, une sécheresse d’une ampleur jamais vue en mai et juin. Tous ont été affectés, certains secteurs plus que d’autres, et les dommages ne sont pas encore tous comptabilisés.

L’intérêt des consommateurs pour l’achat local s’est tout à coup fait sentir. Dans le même sens, la volonté du gouvernement d’augmenter notre autonomie alimentaire est une réelle opportunité qu’il faut saisir et dans laquelle on doit s’engager. Pour y arriver, le monde rural a aussi besoin que les infrastructures qui le desservent arrivent aussi en 2020.

« Le préjugé favorable des Québécois pour les produits de chez nous a pris une tout autre dimension avec la pandémie. L’achat local a rapidement été mis en valeur par nos gouvernements, à la grande satisfaction des producteurs et des citoyens. L’autonomie alimentaire est donc pour nous un projet très fédérateur et d’une grande pertinence, et les citoyens du Québec sont nos plus grands alliés pour le mener à bien », a conclu Martin Caron, producteur de lait et de grains de Louiseville et premier vice-président de l’Union des producteurs agricoles.

Les mesures de distanciation physiques ont aussi remis en évidence les lacunes du déploiement de l’Internet à larges bandes et de la couverture de téléphonie cellulaire en secteur rural. Une résolution demandant qu’on s’y attarde plus intensément a été à l’unanimité.

Élection et conférence à l’ordre du jour

Michel Brien, producteur de lait et de foin de commerce à Racine a été réélu sans opposition pour un 2e mandat à la vice-présidence. Il a entretenu les délégués sur les nombreuses entrevues que les principaux dirigeants ont accordées cette année; en particulier depuis la pandémie. L’agriculture et la foresterie sont bien présentes dans les médias, ce qui favorise une meilleure compréhension des enjeux du milieu dans la population et par les décideurs.

La rencontre s’est terminée par une présentation du producteur Paul Caplette de la ferme Céréales Bellevue de St-Robert en Montérégie. Le passionné blogueur agroenvironnemental a partagé sa vision de la transformation des techniques culturales visant la réduction de l’utilisation des pesticides.

« La pandémie a fait passer l’urgence climatique en 2e place. Il y a un an, toute la planète parlait d’environnement et de changements climatiques. L’été très chaud et très sec que nous venons de vivre n’est qu’un petit échantillon de ce qui nous attend. Nous devons tous apporter des ajustements à nos façons de produire et de consommer », a déclaré François Bourassa, producteur laitier et acéricole de Valcourt et président de la Fédération de l’UPA-Estrie.

À propos de la Fédération de l’UPA-Estrie

La Fédération de l’UPA-Estrie regroupe et représente les 4 709 producteurs agricoles propriétaires des 2 682 fermes sur le territoire des sept MRC de l’Estrie. La Fédération de l’UPA-Estrie contribue à l’amélioration continue et durable de la qualité de vie de tous les producteurs agricoles et forestiers de l’Estrie, en agissant afin de promouvoir, défendre et développer leurs intérêts professionnels, économiques et sociaux. L’UPA est une organisation syndicale professionnelle, qui fonde sa raison d’être et son action sur les valeurs de respect de la personne, de solidarité, d’action collective, de justice sociale, d’équité et de démocratie.

Rapport annuel 

— 30 —

Source et information :
Valéry Martin
Conseillère aux communications
Fédération de l'UPA-Estrie
819-620-2755