Sherbrooke, 25 octobre 2018 – Enfin! La travailleuse de rang Caroline Poulin a été présentée à un auditoire du milieu agricole ce soir au Centre de foires de Sherbrooke à l’occasion d’une soirée-bénéfice Bières et fromages d’ici visant à compléter le financement de ses services.

Caroline Poulin, travailleuse de rang de l’Estrie

Caroline Poulin est originaire de l’Estrie et le milieu agricole fait partie de sa vie depuis toujours. Elle est titulaire d’un baccalauréat en travail social et œuvrait depuis 13 ans dans le Réseau de la Santé et des Services sociaux en plus de posséder l’expérience du secteur communautaire. Caroline est déjà sur le terrain depuis quelques semaines. Compte tenu du contexte économique actuel, il y a fort à parier qu’elle ne chômera pas.

« Les pertes de marché pour les producteurs de lait, d’œufs ou de volailles dues au nouvel AEUMC ou à la guerre commerciale qui sévit dans la production de grains et de porcs n’aident pas à stabiliser le moral des producteurs », a déclaré Lynne Martel-Bégin, productrice forestière et de bovins laitiers et vice-présidente de l’UPA-Estrie.

Selon les experts, la moitié des producteurs agricoles vivent un fort niveau de détresse psychologique, contre 1 citoyen sur 5 dans la population québécoise en général. « Dans la dernière année, 70 % des demandes d’aide reçues par l’organisme Au cœur des familles agricoles (ACFA) proviennent de producteurs de lait. Les hommes sont à l’origine de 60 % des appels à l’aide » précise René Beauregard, directeur de l’ACFA, de qui relève la travailleuse de rang.

Cette situation préoccupante avait déjà alerté la MRC de Coaticook qui fut à l’origine de la concertation régionale dans ce dossier. « Effectivement, le secteur municipal estrien s’est mobilisé pour les producteurs agricoles. L’UPA-Estrie a pris le relais avec brio et a déplacé des montagnes pour ficeler le financement nécessaire à un projet viable sur trois ans », ajoute Jacques Madore, préfet de la MRC de Coaticook.

Plus de 25 000 $ recueillis en une seule soirée

La soirée Bières et fromages d’ici a permis de boucler le budget et même davantage. Ce soir, plus de 25 000 $ ont été amassés pour compléter le financement sur trois ans de 215 000 $. Cela donnera le temps aux partenaires de convaincre le nouveau gouvernement de contribuer à la pérennité de cette ressource primordiale.

D’ailleurs, pendant la campagne électorale, tous les candidats rencontrés se sont montrés ouverts à faciliter la prise en charge budgétaire du service par le gouvernement. Quelques élus des trois paliers de gouvernement ont même profité de la soirée pour appuyer le projet de leur présence.

Rappelons que des travailleurs de rang sont maintenant en place dans sept régions du Québec ; ce qui tend à démontrer que le besoin est bien réel pour ce genre de service en milieu rural.

Un service disponible en tout temps

Pour communiquer avec Caroline Poulin, les producteurs agricoles et leur famille sont invités à téléphoner à l’ACFA au 450 768-6995. En toute confidentialité, 24h/24, une personne sur place s’assurera que le besoin soit comblé dans les plus brefs délais. Caroline sera aussi présente lors d’activités du milieu agricole et se rendra sur des fermes à l’occasion afin de prendre le pouls du milieu et tisser des liens avec la communauté.

Rappel du rôle de travailleur de rang

La travailleuse de rang agit comme intervenante psychosociale en milieu agricole. Son rôle consiste à faciliter la prise de conscience et l’identification des problématiques vécues par les agriculteurs et leurs familles. Elle contribue ainsi à réduire les risques d’apparition de problèmes tels que l’isolement, la dépression, la toxicomanie et la violence. Elle peut également apporter un soutien particulier lors des étapes charnières de l’entrepreneuriat agricole, comme le démarrage, les grands changements vécus dans l’entreprise, la réflexion menant à un transfert de ferme ou à la fin de carrière de producteur agricole.

Lorsque des problèmes personnels sont repérés, le rôle d’un travailleur de rang est d’aider le producteur à trouver les ressources dont il a besoin, que ce soit dans le réseau communautaire, dans le réseau public de la santé ou encore auprès de services privés.

Les partenaires

Merci aux partenaires financiers qui ont bien saisi l’importance du projet : Les MRC de Coaticook, du Haut-St-François, de Memphrémagog, des Sources, du Val-St-François, du Granit et la Ville de Sherbrooke, l’UPA‑Estrie, ses sept syndicats locaux affiliés, le Syndicat des Producteurs forestiers du Sud du Québec, la Laiterie Coaticook, le Groupe Vivaco, Financement Agricole Canada, Kruger inc. et les Producteurs de lait du Québec (Fromages d’ici).

— 30 —

Source et information :
Valéry Martin
Conseillère aux communications
Fédération de l'UPA-Estrie
819 346-8905, poste 143